Devant l’enthousiasme unanime des spectateurs, le Théâtre des Allobroges est ravi d’accueillir pour la deuxième fois Le Ballet Junior de Genève dont le rayonne¬ment juvénile et l’irrépressible amour du mouvement séduisent toutes les générations.

Une carrière de danseur est jalonnée de moments-clés, d’autant plus importants que la carrière est souvent brève. Or le passage de la formation à la vie professionnelle constitue un pas important pour les danseurs en herbe. Ils bouillonnent d’énergie, de spontanéité artistique et sont confiants en l’avenir, pourtant, au regard de la concurrence qui sévit dans ce milieu, une professionnalisation plus poussée peut constituer une passerelle bienvenue vers le monde professionnel.
En formant des professionnels de haut niveau, le Ballet Junior de Genève constitue un véritable vivier, sans cesse renouvelé, de danseurs et chorégraphes invités qui nourrissent. Diffusée dans de nombreuses villes européennes, la compagnie présente chaque année des programmes composés de créations et de reprises, attirant un nombre croissant de spectateurs.

Au programme de cette soirée :

"Pulsework" du chorégraphe suédois Alexander Ekman.
Danseur de tout premier plan au NDT2 (Jiri Kylian), Alexander Ekman devient chorégraphe en 2006. Il a imaginé des pièces pour près de 45 compagnies. Recherché pour ce don unique qui est celui d’allier jeu d’esprit et goût du jeu, il créera une pièce à l’automne 2017 pour l’Opéra National de Paris.
Dans chacune de ses créations, Alexander Ekman ménage un moment qu’il consacre au mouvement et au rythme pur. Il pousse au paroxysme ce plaisir dans «Pulsework», exercice de style jouissif, au cours duquel les danseurs battent le rythme en usant de leur souffle, de leurs rires et de leur corps comme de véritables instruments de percussion.

"Aow" du français Pierre Pontvianne.
Lauréat du prix de Lausanne en 1999, il intègre en 2000 en tant que danseur le NDT où il crée avec de nombreux chorégraphes (Jiri Kylian, Ohad Naharin, Hans Van Manen...).
Depuis 2002, il entame une carrière free lance et chorégraphie aux Pays Bas, en Alle¬magne en Belgique et en Norvège, alternant projets indépendants et compagnies internationales (Frankfurt Ballet, Carte blanche...).
« Ma recherche chorégraphique est simple. L’instant présent me semble compact. Comme un nœud, je cherche à le desserrer. Danser devient alors un état de simultanéité du faire et du défaire. Je me pose la question de la trace et de l’oubli, de l’éphémère et du figé…

Et une surprise à découvrir sur scène.