Tu es une voix qui se fait présence, un nom qui prend chair grâce à Sandrine Gelin, formidable interprète de ce spectacle éponyme.

Moi, je m’appelle Samuel. Je ne suis pas encore né. J’attends un tout petit peu avant de pointer le bout de mon nez parce que je sais que ça ne va pas être facile.
Ça ne va pas être facile parce que je suis différent, je suis trisomique.
Pour toi maman… bien sûr…
Pour toi aussi papa…
Tu ne pourras pas ouvrir une bouteille de champagne ni arriver au boulot en brandissant fièrement la photo de ton fils.
Peut-être même que vous penserez ne pas me garder…
Bon, il me reste quelques semaines, il faut que je prenne des forces pour préparer mon arrivée parce que j’allais oublier de vous dire : J’ai plein de projets moi, plein d’envies !
Moi j’ai pas de problème !
Moi ? J’ai pas de problème !

T’es où Samuel ? T’es là mais pourtant… t’es pas là !

Sandrine Gelin dresse une image inattendue du handicap. Fi du misérabilisme, de la pitié, de compassion compassée.
On rit. De bon cœur, sans gêne ni culpabilité à travers toute une galerie de personnages qu’elle campe avec une aisance déconcertante.
On s’émeut aussi. Et on applaudit à tout rompre.

Sous le regard complice de: Marie-Emilie Nayrand
Musique originale : Monsieur Orange
Voix off et témoignages : Corentin Beaugrand
Création lumières : Mikaël Gorce
Co-production : Théâtre Jean Marais (Saint-Fons)
Soutiens : Salle des Rancy (Lyon), Quai des Arts (Rumilly), Festival Au Bonheur des Mômes (Le grand Bornand), Ville de Lyon